Archive for the ‘Bibliothèque’ Category

La semaine dernière, le Tendance Couture de Printemps est sorti, c’est le 24.

La question, comme tous les trimestres, a été « est-ce que je le prends ? ». La réponse a été « oui, pour les blogs ». Franchement, uniquement pour moi, je ne l’aurais pas pris. Voyons ça.

Robe et veste longue 1 à 4, t 42 à 52: classique de chez classique, la coupe ultra droite n’est pas pour moi. Si on est parti pour un revival 60’s, dites-le.
Ensuite, pour les incultes de Pantone, le vert de cette année, c’est un vert pelouse.
.

Robe 5 à 8, t40 à 44: c’est la même robe que la précédente ?!? Je vous accorde qu’il y a une paire de pinces en plus mais sérieusement, c’est la MÊME ! Remboursez-moi.
.

Chemisiers 9 à 12, t40 à 50: je ne saurais réellement dire si c’est un chemisier ou une tunique. Il est de plus en plus fréquent de mixer les catégories et là, c’est bien le cas. Pour le printemps, je pense que c’est un peu léger. Entre la découpe dorsale et l’ampleur au niveau des hanches, les gelées risquent d’en refroidir plus d’une. En plein été, pourquoi pas, pour celles qui aiment le non-style de ce haut.

.

Jupes 13 à 18, t36 à 46: des jupes pratiques avec leur taille élastiquée, de diverses longueurs pour convenir à toutes. C’est un patron simple et fonctionnel. Rien à redire.
.

Combinaisons 19 à 24, t36 à 40: entre les images techniques qui annoncent des plis à tout va et le modèle de présentation au tissu psychédélique, je ne sais pas trop quoi penser de ces combinaisons. A vos risques et périls !?
.

T-shirts 25 à 30, t42 à 52: vous manquez de t-shirts, de haut de pyjama ou de haut pour faire du sport, voici un patron qui peut vous aider. Classique bien qu’il réserve des empiècements à personnaliser, ce modèle ne fait pas rêver mais il peut être utile.
.

Pochettes 31 à 34: le patron accessoire ! Pour une fois, il est plus travaillé qu’un tuto internet.  En cadeau pour les propriétaires de tablettes et liseuses, c’est une très bonne idée (par ex: la fête des mères approche).
.

Robe 35, t40 à 50: LA robe de couverture, celle qui a fait craquer beaucoup de monde sur les forums ! Et bien, moi, je dis non. Avec ce ceinturage sous la poitrine, qu’on ait des fesses, des hanches et/ou du ventre, ça fait juste un point de mire sur le relief.
J’entends au loin des « c’est trop cool, une robe réversible ». Ah ouais ? Dans quel intérêt ? Celui de la porter plus longtemps quand elle est toute tâchée d’un coté ? Beurk.
Si vous n’êtes pas un haricot vert (de taille 40 à 50 donc en plus, ultra grande), oubliez cette robe, c’est une fausse bonne idée.
.

Ensemble 36 à 39, t40 à 50: le retour du style mamie, avec le soi disant coup de frais à rayures.
D’une, les rayures, on en a tous les ans, lobby breton oblige.
De deux, les coupes droites à ceinture élastiquées et la veste Chanel (ça sert à rien de tenter de nous leurrer avec une encolure qui s’ouvre), c’est parfait pour un aller simple dans la case 3e âge. Même Damart fait des efforts pour se renouveler.
.

Robes 40 à 43, t42 à 46: troisième édition de la robe droite pour ce magazine, au cas où vous auriez loupé les modèles 1 à 8. Pour un peu plus d’originalité, on vous propose l’effet tiramisu avec des épaisseurs superposables. Ces robes ne sont toujours pas flatteuses, mais pour remplacer le paréo en sortant de la plage cet été, ça peut le faire.
.

Robe sans patron: issu d’un magazine allemand, on nous offre cette robe sans patron avec très peu de couture.
Je ne voudrais même pas de ce truc immonde pour sortir les poubelles !
Comment peut-on appeler ça une robe ? C’est juste un rectangle fermé dont on a cousu un galon pour le tenir au cou.
Comment peut-on appeler ça un modèle ? C’est du niveau d’une petite fille qui tient du tissu pour la première fois et qui fera ça pour habiller sa poupée. On l’a toutes fait, juste la première fois !
.

Pantalons et shorts 44 à 46, t34 à 44: ah mes yeux ! Des élastiques, des tissus qui me glacent d’effroi !
Besoin d’un truc vite fait pour vous couvrir le postérieur, c’est bon. Pour un peu plus de respect de votre look, il va falloir revoir les matières. Le short peut être une jolie pièce de lingerie en satin. Le pantalon peut devenir classe avec une matière noble si vous cacher cette ceinture avec le haut.
.

Ensemble 47 à 50, t38 à 42: un t-shirt à manches longues et une veste, 2 grands basiques à se coudre, si il faut refaire les stocks. La robe, quant à elle, me plait sur les dessins techniques. Sur la demoiselle, il semble manquer un soupçon de couvrance dans le décolleté. Les X, 8 et A sont à la fête pour mettre leur ligne en valeur.
.

Kimonos 51-52, t38 à 54: ce sont des kimonos, oui. Pas forcément les plus jolis que l’on puisse trouver. Surtout pour ceux-là, ne les ceinturez pas car c’est un effet patate informe qui en sortirait.
Pour trainer à la maison ou encore pour sortir de la plage, je les trouve acceptable. Pour le reste, choisissez une autre coupe.
.

En conclusion, comme je l’ait écrit plus haut, j’en suis fortement déçue. Comme vous l’avez vu, pas un seul cœur sur les images. A mes yeux, seuls la robe trop décolletée et les pochettes valent le coup. En plus, au niveau des tailles, c’est très mal réparti. Un magazine qui annonce des modèles de taille 34 à 54, ça fait rêver mais le résultat est un grand n’importe quoi (Fashion Style donne plus envie de ce coté là).
Si vous voulez faire des économies, c’est le moment: laissez-le chez le libraire.

.

Ces avis n’engagent que moi. Et je vous rappelle que tous les goûts sont dans la nature.
Après, il se peut que certains modèles détestés puissent trouver grâce à mes yeux selon les réalisations des unes ou des autres.

.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Read Full Post »

Je vous ai rapidement parlé de ce livre en janvier. Oui, c’est celui d’où est tiré le Petit Loup.
Mon homme me l’a offert durant les fêtes et je ne vous l’avais pas encore détaillé.

C’est donc Couture pour jolis rêves d’enfants de Anne Alletto. Il est sorti en octobre dernier et il était très attendu par tous les fans de cette auteure. C’est sa onzième publication de patrons de peluches et accessoires mignons pour enfants. Dans sa bibliographie, on retrouve d’autres gros livres de ce genre ainsi que des livrets proposant une petite collection à thème.

Dans ce livre, il y a 2 planches de patrons recto-verso. Les modèles à décalquer sont en taille réelle. Le petit point négatif, c’est qu’il faut penser à rajouter la marge de couture. En revanche, on retrouve facilement toutes les pièces grâce à leur contour de couleur assortie ainsi qu’à des planches très aérées.

Dans ce livre de 160 pages, on retrouve des explications sur les techniques utilisées ainsi que 3 univers. Pour commencer, il y a le Far West. Shérif, indien, diligence, monture douillette, besace loup, tout ce qu’il faut pour partir rêver dans le Grand Ouest.

Ensuite, les contes et merveilles invitent au voyage dans le monde doux et merveilleux d’Alice. Le lapin blanc est le meilleur ami des cartes. Le coussin champignon se balade en compagnie de flamant rose et de cygne. Et la chapelière prend le thé avec sa souris tirelire.

Pour finir, on plonge avec les guerriers des mers. Un espace où l’on rencontre des pirates, des dragons vikings, des perroquets et des sirènes. Toujours d’une douceur fantastique, les réalisations conviennent aux garçons comme aux filles.

Chaque modèle commence par une fiche technique avec les fournitures nécessaires et de jolies photos d’illustration. Les difficultés possibles ainsi qu’une estimation du temps de réalisation et du coût du matériel sont indiqués au début de chaque fiche.

Chaque étape possède ses instructions et sa photo assortie pour faciliter la réalisation et l’avancement du modèle. On est totalement pris en main pour obtenir de jolis peluches.

❤ J’avais craqué sur ce livre en voyant les photos. En l’ayant dans les mains, j’ai été ravie car il a des patrons très variés et des informations très complètes pour venir à bout de tous les modèles.
Pour le moment, je n’ai fait que le petit loup. Sur le moment, j’en avais profité pour décalquer les dragons plats. Il faut que je prenne le temps de le faire. Et sans doute aucun, le poney, l’esprit indien, la besace loup, le coussin ourson et un petit raton laveur. ❤

Prix: 28,90€

Disponible sur Amazon

Mon petit loup ❤

.

Read Full Post »

Il est sorti le nouveau Tendance Couture,
Jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est sorti le nouveau Tendance Couture,
Chantons tous son avènement !

Voici venu le temps
Des robes et des jupes
Dans l’Ile aux patrons
C’est tous les jours le printemps
C’est le pays joyeux
Des pantalons heureux
Des tops gentils
Oui, c’est un paradis

Après cet intermède musical, passons au vif du sujet: le magazine et ses modèles. Que nous a réservé Simplicity pour cette saison où l’on va commencer à se découvrir un peu.
Sur la couverture, nous avons quelques vêtements dans les verts clairs et une robe légère, on peut dire que ça fait printanier mais c’est moyen. J’ai zappé la photo des images techniques mais elle est bien dans le magazine.

1 à 5: des t-shirts plissés. J’aime beaucoup les encolures soit en V soit effet cache-coeur. Par contre, ces effets de plis au niveau du ventre, ça ne me dit rien qui vaille. Que l’on est un petit ventre ou pas, l’emplacement attirera le regard et c’est la cata direct. Quand en plus, on remarque que les tailles commencent au 42 donc que c’est pour cibler des morphologies un peu plus grandes, je dis non. C’est justement à ces tailles-là qu’il faut éviter les plis à tout prix.

.

6 à 11: splendide, merveilleuse, sublissime, LA robe qui donne envie d’acheter le magazine. Ajustée en haut et évasée en bas, elle convient parfaitement pour les silhouettes en X, en V et pour les petits A. Les plis plats sur les hanches sont discrets mais méfiance pour celles qui ont de bonnes cuisses.
Moi, j’ai craqué depuis longtemps vu que j’ai le patron depuis sa sortie en format pochette.

.

12 à 15: Si ça, c’est pas du foutage de gueule, je ne sais pas ce que c’est. Viser des tailles 46 à 56 et leur proposer ça, c’est chercher à dégouter les « rondes » en les transformant en baleines. Que ce soit en rajoutant des volants au bas des t-shirts ou en niant la taille avec le 15, il y a de quoi se rajouter 5 à 10 kg dans le miroir. La seule chose potable me semble être la robe mais seule (ou avec un t-shirt à manches 3/4 ou longues en dessous si vous n’aimez pas vos bras). Et là, attention, il faut choisir un tissu sobre quitte à mettre quelques accessoires sympathiques pour donner du pep’s.

.

16 à 19: Vous voyez cette miss dans son style désuet très Chanel trop vu avec une pseudo touche de modernité grâce au pantalon. Et bien, oubliez le pantalon car il ne concerne pas cette page mais celle d’après. Comme je disais une veste façon Chanel feu de plancher qui ne sait pas si elle veut son éternel longueur histo-chiante ou si elle tente le boléro. Pour la jupe crayon/droite, pas moyen de voir ce que ça donne. Et si le mag a préféré éviter, c’est que ça doit pas être folichon. Donc la jupe et la veste, du classique déprimant.
Le t-shirt, quant à lui, est simple vraiment bateau pourtant il reste une valeur sûre quand vous avez besoin d’un petit basique à coller sous autre chose.

.

20 à 22: Poursuivons dans l’ennui sans fond. Un pantalon 7/8 dont on évitera le tissu fleuri. Comme ça, ça peut paraitre mignon mais à porter, on ressemble plus à une tapisserie (sauf si vous la jouez 70’s premier degré). Le bermuda a l’air anti féminin au possible. J’aurai presque envie de le proposer à mon homme. Pour les jupes droites, ça peut être sympa pour débuter mais vu leur coupe insipide, je proposerai d’en faire une pièce de style en cuir ou un très beau tissu qui serait mis en valeur.

.

23-24: la robe de la couverture. Si il n’y avait que le dessin technique, je m’en extasierai. Mais pourrir des lignes féminines fluides à effet cache-cœur avec des tissus qui font disparaitre la technicité de la robe, c’est scandaleux. Cette robe met la taille en valeur qu’importe les mesures de celle qui la porte. Et pour une fois, ce patron est proposé du 38 au 56, enfin un modèle pour toutes.

.

25 à 33: celui qu’ils osent appelé patron et qu’ils mettent en avant pour annoncer un accessoire dans la liste. Je veux bien que certaines apprécient de rajouter un petit col amovible à des t-shirts ou pulls légers mais on trouve des tutos très complets sur le net. Et si vous manquez d’inspiration, il y a toujours pinterest. Ces colsne servent qu’à remplir une page vide.

.

34 à 36: vous aviez loupé les coupes montgolfières des magazines précédents, ce n’est pas grave, Tendance Couture vous en offre une autre. Réjouissez-vous, la veste comme le haut vous donneront l’abominable style patatifiant que tout étroit d’esprit imagine parfait pour les rondes. Véritablement atroce.
Pour le pantalon, pourquoi pas mais alors il faut bien cacher cette vilaine ceinture élastiquée qui a tout du look mémé dont on se passerait.

.

37 à 43: 2 robes qui auront parfaitement aux morphologies en H ou aux petits X.
Les 37 à 40 me rappellent légèrement Cersei avec sa fermeture croisée.
Les 41 à 43 me plaisent énormément mais les fronces sous la poitrine sont à déconseiller aux V qui leur feraient un triple effet push-up dégueulant. Pour les A, c’est les fronces à la taille qui amplifieraient les fesses et les hanches façon cuissot de cheval de trait. Je suis déçue car je ne pourrait pas les porter (A oblige) mais à toutes celles qui peuvent, profitez-en pour moi  😉

.

44 à 48: pans, petits pans, oui, c’est mignon ça, tout comme Pan-Pan. Simplement élégante avec de jolies variantes, cette jupe est très bien. Je vois bien le modèle 46 pour flâner en bord de plage et le modèle 44 pourrait aller sans problème avec un costume steampunk.

.

49 à 52: je ne sais pas si ces chemisiers sont romantiques mais GN compatible, ça oui. Pour toutes celles qui aiment porter des vêtements pseudo historiques, le 50 est le haut à décliner dans toutes les couleurs de vos tenues. Je l’ai souvent vu sous le terme de blouse paysanne et je le recommande à toutes celles qui voudraient aller dans un festival médiévalo-fantastique.

.

53 à 55: pour les minces et les petites poitrines, ces robes et tuniques donneront une jolie silhouette, surtout avec la ceinture. Pour les autres, comme moi, on misera juste sur la ceinture avec d’autres tenues.
.

56: la sempiternelle veste Chanel. Encore resservie saison après saison, elle me fait penser aux grand-mères chics qui s’habillent toutes avec une variante de l’antique best-seller de Coco. A vous de voir ce que vous en faites mais pour moi, il faut l’oublier plusieurs décennies pour que je lui trouve un goût de vintage agréable.

.

58 à 60: Entre la ceinture élastiquée et les immenses poches protubérantes, je trouve ces jupes affreuses. Mais peut être que sans poches et en cachant la ceinture, ça pourrait donner des jupes simples passe-partout quand on se sait pas quoi enfiler (et rapide à faire).
.

Ce numéro est plutôt correct même si on retrouve des pièces déjà vu dans les numéros précédents ou des tenues parachute. Je suis un peu déçue au niveau des vestes puisque sur les 3, il y en a 2 façon Chanel et un gilet dit loose. La partie qui me réjouie, c’est la diversité des robes et leurs lignes, toutes, féminines. Bref, un magazine convenable (si on oublie les tissus impossibles)  😉

.

Ces avis n’engagent que moi. Et je vous rappelle que tous les goûts sont dans la nature.
Après, il se peut que certains modèles détestés puissent trouver grâce à mes yeux selon les réalisations des unes ou des autres.

.

Read Full Post »

Depuis la sortie du fameux bouquin de Carmen de l’émission Cousu Main, je cherche la liste des patrons inclus dedans pour savoir si je me le prends. Mais pas moyen de la trouver. Je suis donc partie en reportage photo pour enquêter et vous proposer le résultat de cette recherche.

Le livre est donc un bel ouvrage épais avec une grosse couverture rigide. De nombreuses photos s’intercalent entre les sujets.

Dans le sommaire, on découvre que le livre regorge d’informations en tous genres.

Je vous laisse découvrir l’édito de Carmen, lorsque vous aurez le livre entre les mains, il est très bien écrit et donne envie de poursuivre. Tout au long des chapitres, Carmen a ajouté des petites notes où elle donne ses conseils (techniques et parfois « zen »).

Le cabas, premier patron de Carmen.

.

Le tablier, 2e patron de Carmen.

.

Une jupe portefeuille.

.

La jupe droite qui fut le premier patron pour débuter le concours.

.

La robe noire, premier patron à customiser. A vous de la réaliser et de la transformer ensuite.

.

Le caraco et un patron exclusif de pantalon de pyjama.

.

Le fameux shorty qui a tant plu.

.

Plusieurs techniques de Carmen pour customiser un t-shirt blanc.

.

La salopette version garçon.

.

Et celle version fille.

.

Des conseils pour faire un déguisement pour enfant.

.

Un pantalon pour femme. Non, ce n’est pas le legging (il n’est pas dans le livre).

.

La chemise pour homme.

.

Et la blouse du presque dernier jour.

.

La pochette contenant les patrons (sur du vrai papier).  Les modèles adultes sont proposés de la taille 36 à la taille 48.
Il y a plusieurs patrons par feuille donc il faut les décalquer pour les utiliser. Ils restent faciles à identifier (par rapport aux burda et tendance couture).

.

Après tout ça, je peux vous donner mon avis.
Contrairement à ce que je pensais, ce livre est très complet et bien rédigé. Les petites notes de Carmen s’insère bien dans les explications techniques.
Il y a tout ce qu’il faut pour débuter en couture avec un livre. Les patrons sont parfaits pour mettre en pratique les chapitres précédents. Je pense qu’il est à placer dans les 3 livres à recommander pour débuter la couture. Par contre, il manque un peu de contenu dès que l’on prend du niveau et que l’on commence à vouloir modifier les patrons.

Bref, un très bon livre.

.

Disponible sur Amazon à 23,90€.

.

Read Full Post »

Vendredi est sorti un hors série de Modes 1 travaux sur … Cousu Main.

Tout le monde profite de la visibilité de cette émission pour se montrer dans l’univers du tissu. Le magazine est bourré de pubs +/- cachées (genre les sélections d’idées créatives) mais ce n’est pas ce qui nous intéresse.

On y trouve donc des informations sur la célèbre émission de couture, sur le jury, les candidats, des tutos pour refaire les créations passées à la télé et des explications techniques de couture pour progresser un peu. En cadeau, vous avez un patron (38-44) d’une petite robe ressemblant légèrement à celui qui a servi à l’épreuve de customisation.

Chaque candidat passe en interview [à force, ils doivent en avoir marre de raconter toujours la même chose, pourquoi ils se sont mis à la couture et ce qu’ils font depuis le passage sous la caméra, les pauvres].

Petit exemple bien flou où vous ne voyez pas qu’ils donnent leurs bonnes adresses de tissus, qu’ils répondent à un « si j’étais … » et les blogs qu’ils recommandent.

Ensuite, M&T reprend les images de Cousu Main pour nous permettre de refaire quelques patrons et custos dont des inédites conçues par le magazine.

La salopette de la semaine dernière. Attention, d’ici un mois, tous les petits garçons de maman couturière auront la même salopette en velours !

Pour finir, la technique dont on rêvait pendant l’émission.

En exemple, les parementures de cols.

.

Si ça vous démange d’en faire autant, filez chez votre buraliste et pour 3,95€, vous aurez droit à votre petit shoot de couture magnifaïque.

.

Read Full Post »

Il y a quelques jours, je vous demandais (fb) si vous vouliez mon avis sur le dernier Burda. Le voici donc.

Pour commencer, la page récapitulative des modèles. Et là, on voit que c’est pas folichon. Beaucoup de modèles déjà vu, revu, trop vu. Franchement, si vous prenez le magazine tous les mois, vous pouvez faire l’impasse sur celui-là.

.

Les robes, à part la 122 et ses découpes étranges mais très jolies sur le mannequin, les autres ont été vu dans les mois précédents.
La robe de couverture qui sert aussi pour la dirndl est identique à celle des costumes alpins déjà parus. Et je me souviens parfaitement avoir vu les 128 à 132 dans un numéro spécial mariage.

.

Dans les hauts, c’est le 121 [que vous n’avez le droit de voir que de dos; est-ce que ça veut qu’il est atroce de face ?] qui ne me dit rien. Nouveauté très spéciale puisqu’il faudra trouver du tissu imitation gros tricots pour faire ce pull au design d’un autre monde.
Les blouses, les chemisiers à basque, les sweats et les gilets à pans sont encore une réédition.

.

Le pantalon 113 taille haute est une exclusivité mais ne vous précipitez pas, c’est un cas. On ne reviendra pas sur le choix esthétique des stylistes Burda qui nous donne la nausée avec ce tissu à fleurs pour un pantalon, non. Par contre la coupe pantalon trop grand ceinturé, comme le portait les vieux paysans du siècle précédent [vous savez, du temps où le même pantalon était utilisé toute une vie voir plusieurs et donc choisis trop grand pour aller à tout le monde], c’était une pièce à oublier au musée. Fuyez pauvres fous car même les haricots verts ressembleront à des sacs de patates.

.

Dans les jupes, j’hésite à vous parler de la pseudo jupe tulipe 117 et la jupe à traine 106.
La première est un condensé de ce qu’il ne faut jamais, au grand jamais, assembler: taille jean avec grosse patte de ceinture et fronce juste dessous ou les fentes sport avec toujours ces foutues fronces.
La deuxième est sympathique mais je ne crois pas que la traine soit portable au quotidien. Et oui, personne n’a envie de perdre sa jupe toutes les 5 min parce qu’on marche dessus et je ne vous parle pas de l’usure à frotter les trottoirs plus ou moins propres.

.

Dans les vestes, vous avez l’anti-sexy 119 qui sera un très bon doudou pour le grand froid par contre vous aurez peut être pas envie qu’on vous voit avec.
Le bomber 134 a été vu dans un numéro spécial 60’s avec les petits blousons.

.

Pour les grandes tailles et les modèles enfants, je vous laisse seuls juges car je ne m’aventure pas trop dans ces domaines. Je peux juste dire que les modèles grandes tailles ne semblent toujours pas flatteurs mais c’est tristement fréquent.

.

Alors qu’est-ce que je retiens.

La robe corolle 123 qui sert aussi pour la dirnl. J’adore ce style et sur un petit pull [jumper comme disent les ricains], c’est mimi à souhait. Mais on peut s’en passer si on a déjà pris le magazine avec les costumes alpins d’il y a quelques mois.

.

Le t-shirt 125, un basique que je n’avais pas en stock et qui est simple mais élégant avec ce biais contrastant.
[J’ai vu cette jupe 104 en « cuir » dans une vitrine pour la collection d’automne donc ça peut être un modèle à ajouter mais déjà vu, revu auparavant]

.

Le blazer long 120 qui affine la silhouette et lui donne une touche de féminité très douce. Sur un pantalon fin ou une jupe longue avec des talons, c’est un look parfait pour l’automne.

.

Au final, beaucoup de reprise des magazines précédents, peu de modèles nouveaux qui me plaisent. Je suis assez déçue par ce numéro. Il me casse tellement le moral à reprendre d’anciens modèles que je n’ai même pas la verve de critiquer les tissus et les poses des mannequins.

.

Ceci est mon avis personnel qui peut évoluer avec le temps. Tous les goûts sont dans la nature et il se peut que vous n’ayez pas le même que le mien.

.

 

Read Full Post »

Je ne vous ai pas montré ce que j’ai ramené de Souvigny. Outre les terrines délicieuses qui sont déjà finies (La cour des saveurs), j’ai aussi pris des livres.

Je ne les ai pas encore ouvert. Et pour cause, ma bibliothèque est fortement humide ces temps-ci (cf infos sur FB).

.

Read Full Post »

Older Posts »