Posts Tagged ‘cotte-hardie’

Je ne sais pas vous mais à lire tous les mots pour désigner les robes médiévales, je finis par tout mélanger et ne plus savoir laquelle ressemble à quoi.

Je commence par vous présenter (selon ce que j’ai compris, parce que je ne suis ni archéologue, ni historienne) les robes de dessus, soit la 3e épaisseur de vêtement. Plus spécialement, dans le Bas Moyen Âge ou Moyen Âge tardif, soit les XIVe et XVe siècles.

.

Tout d’abord, il y avait les surcots et les cotte-hardies. Similaire en apparence*, ils ont une fonction bien différente.
Le surcot est une tenue d’intérieur, réalisée dans un tissu plus luxueux car c’est la tenue d’apparat.
La cotte-hardie, quand à elle, est une tenue utilisée pour les sorties en extérieur. Afin de ne pas gâcher les belles étoffes, elle est donc réalisée dans un tissu de qualité moindre.

Par la suite, ils seront tout deux remplacés par la houppelande. Le surcot ouvert ne servira plus qu’en tenue de grande cérémonie pour la noblesse.

°°°

Maintenant, en images (clic-clic pour voir en plus grand).
* Cotte-hardie
Souvent fourrée pour des raisons évidentes: avoir chaud par mauvais temps.  


Cotte-hardies ordinaires pour les suivantes et très longues pour leur maîtresse -Yates Thompson 13 fol. 61v.


Sans ceinture à gauche, houppelande à droite – BnF, ms. fr. 9 fol. 35v.

.

* Surcot
On en repère 2 types:
surcot ouvert/long: sans manches, souvent de grande ampleur. En exemple, le surcot « Porte des Enfers ».
surcot clos/court: avec manches, peu d’amplitude en bas.


La femme couronnée porte un surcot ouvert bleu – BnF, ms. fr. 73, fol. 163.


La femme porte un surcot ouvert rouge sur une cotte verte – Codex Manesse, ms. pal. germe. 848, F 64r.


Ici, un surcot clos rouge à manches longues et serrées sur une cotte bleue – Londres, British Library, Royal 20 B XX, f. 86v.


Un surcot clos bleu à manches longues évasées sur une cotte rouge – BnF, NAL 1673, fol. 96v.


La femme couronnée porte un surcot clos bleu à coudières sur une cotte rouge; la femme à sa gauche porte un surcot clos rouge à manches longues serrées avec poignets évasés sur une cotte bleue. BnF, ms. fr. 73, fol. 163.

.

* Houppelande
Elle évolue au fil du temps pour les manches et l’encolure mais conserve toujours une ceinture sous la poitrine.
Par ordre d’apparition:
houppelande à carcaille: le col est haut et souvent boutonné jusque sous le menton; manches généralement amples, évasées et très longues parfois « déchiquetées »
houppelande à collet renversé:
houppelande à saindre dite robe à tassel:
houppelande flamande: plis très marqués, fixes et rembourrés

.

Houppelande à carcaille


Houppelande rouge à carcaille. Célice porte une lettre à Arthur (Lancelot du lac, Ms Fr118) – M. des cleres femmes


Houppelande rouge à carcaille. Guenièvre reçoit l’écu fendu (Lancelot du lac, Ms Fr118) – M. des cleres femmes.

.

Houppelande à collet renversé


Houppelandes noire à gauche et rose  à collet renversé. Les très riches heures du Duc de Berry, mois d’avril.


Houppelande bleue à collet renversé. Heures de Marie de Gueldre, la Duchesse Marie de Gueldre.

.

Robe à tassel


Houppelande à saindre en rouge et une autre en marron. Triptyque de droite des sept sacrements de Rogier van der Weyden.


Houppelande à saindre en jaune, en bleu et en rouge. Arbre de consanguinité de Loyset, Somme rurale de Jean Boutillier , 15e s., France, Paris, BnF, Département des manuscrits, Français 202 f° 15 v°.

.

Houppelande flamande


Houppelande flamande rouge. Portrait de Marguerite van Eyck, Jan Van Eyck, 1439.


Houppelande flamande verte. Marie Madeleine lisant, Rogier van der Weyden.

.

Maintenant, vous êtes en mesure de différencier les 3 avec leurs particularités.

.

Sources: Histoires et images médiévales n°30, Moyen-Age HS n°26-27-28.

Publicités

Read Full Post »

Le magazine Histoires et Images médiévales a sorti son numéro 30 (août-sept-oct 12) à la mode féminine du Moyen-Age.

 

Première partie: la lingerie.
On parle beaucoup de chemise mais comment est-elle ? Oui, parce que l’on en voit sans manches sur certaines illustrations.
Vous saviez que l’on a retrouvé des vestiges de ce qui pourrait être des soutien-gorges ? Ou tout du moins des brassières.
Et le fameux corset du 15e, n’était-ce pas simplement une évolution de la cotte ?

 

 

Deuxième partie; le vêtement.
Le pelisson, le blanchet, ces choses au noms étranges.
L’évolution des robes: à tassel, surcot, cotte-hardie, houppelande. Apprenez à les différencier et à les classer par dates.

 

 

Troisième partie: vêtements et société.
Les règles du port des vêtements, la notion de mode à cette époque, un conte de l’époque et l’importance des habits dans le quotidien.

 

 

Un très bon numéro où l’on apprend plein de choses. Quelques patrons inclus. Indispensable pour de la reconstitution 14e-15e.

 

Read Full Post »