Posts Tagged ‘vidéo’

Le printemps se réchauffe, l’été approche. Quoi de mieux que de trainer en t-shirt avec un petit quelque chose sur les épaules ?
Et pourquoi pas avec un kimono ?

Il vous faudra:
– 150 x 160cm (ou +) de tissu léger
– des fils assorti
– du biais

Temps de réalisation: 1/2 journée

Pour réussir votre kimono, ces vidéos peuvent vous être utiles:

N’hésitez pas à me montrer vos versions.

Read Full Post »

Mais c’est que je ne vous ai pas partagé ma dernière vidéo !
C’était un podcast où je parlais de ce que j’ai cousu depuis le déménagement.

.

Il y a donc la trousse Zip-Zip de Sacôtin (voir l’article dédié).

.

Le sac City Zip-Zip de Sacôtin (voir l’article dédié).

.

La besace Zip-Zip de Sacôtin dont je n’ai pas encore parlé sur le blog (faute de photos décentes).

.

Une jupe pour une poupée de type Chérie de Corolle. Elle a servi dans le tutoriel Bâtir pour ne pas perdre du tissu inutilement juste pour la vidéo.

.

Un début de snood au tricot, en laine chenille. Je m’y prends en avance pour être certaine que ce soit fini à l’automne. Les explications sont sur le blog pour celle et ceux qui voudraient en faire un.

.

Et la fameuse cape en laine et fourrure qui est le projet janvier/février du défi garde robe capsule.

La cape est un patron maison et la capuche est un ajout issu d’un magazine Burda.

Si vous souhaitez un tutoriel pour faire la cape, il suffit de demander 😉
Je récupère les votes et je fais ça pour l’automne 🙂

.

Enregistrer

Enregistrer

Read Full Post »

Hein, mais quoi ? C’est ce qu’on dit la première fois. Oui, c’est quoi ces mots barbares ?
En fait, ce sont 2 éléments tissés qui peuvent être très utiles en couture. Certain(e)s me diront que c’est la même chose mais pas tout à fait. Oui, les vilains raccourcis de langage font que l’on utilise souvent que l’on mélange l’un avec l’autre.

Et comment ça marche ton truc ?
C’est pas compliqué, je vous montre ?

J’ai pensé aux débutantes, celles qui débutent de zéro et qui ne comprennent pas toujours les mots techniques. C’est donc la nouvelle playlist « Vocabulaire Couture » qui débute avec cette vidéo. Vous en retrouverez de temps en temps parmi les autres types de tutos vidéos.

Bientôt, vous pourrez décrypter Burda sans sourciller et devenir le nouveau Champollion de la couture allemande.

Read Full Post »

Welcome to O’Kryn Prod
I hope you are well
and don’t be afraid … of the seam ripper

Non, promis, je m’arrête là.
Pourtant, on va parler tout de même de couture anglaise. Oui, vous savez … ce truc qui parait-il est si génial mais totalement illogique. Mais bon, on le sait bien les anglais* font tout à l’envers ^^

Alors, la couture anglaise, c’est commencer par coudre ses pièces envers contre envers.
Oui oui, tout l’inverse de d’habitude ! Donc on commence ainsi avec juste un petit morceau de la marge de couture, disons 0,5cm.
Une fois que c’est fait, on retourne les pièces pour qu’elles soient endroit contre endroit. Le sens normal mais avec déjà le bord cousu. Et là, on recoud avec le reste de la marge de couture soit 1cm.

Ouais, c’est zarb’. On se retrouve donc avec la première couture prise en sandwich (ah, ces anglais !) dans la 2e. Mais au final, aucun bord ne dépasse, le travail est plus propre et c’est … wonderful sweetness** !

What ? Vous n’avez rien compris. My dear, c’est not possible.

Alors convaincu(e) ?
Je vous remets un petit nuage de lait dans votre thé ?

.

*Sachant qu’en anglais, ça s’appelle « french seams », c’est à se demander qui des 2 à inventer la chose. En tout cas, de chaque coté de la Manche, chacun trouve que c’est suffisamment tordu pour venir de ceux d’en face.

**d’une douceur merveilleuse.

PS: je les aime bien les anglais, surtout avec leur fish&chips. N’allez pas croire le contraire.

Read Full Post »

Poser un biais, vous me direz que c’est toute une aventure:
– qu’il a tendance à se sauver sous le pied de biche- qu’il est difficile de faire une jolie couture droite
– qu’il n’est jamais identique des 2 cotés

Que nenni mon brave !
Le biais, c’est juste une technique à appliquer en prenant son temps pour une réussite optimale.
C’est vrai que parfois on est pressé et que coudre le biais à l’arrache semble bien plus rapide. Mais si il y a le moindre pépin, combien de temps va t-on perdre à tout découdre et recommencer ?

Je vais donc vous montrer que coudre un biais peut être simple et offrir un rendu très propre, juste en le cousant en 2 étapes.

Alors, convaincu(e) ?

Je ne vais pas vous laisser là avec juste un biais en ligne droite, ceci est la première d’une série de vidéos sur le biais. J’espère que ces tutos aideront les débutant(e)s et/ou celles et ceux qui ont besoin de revoir ces techniques.

Et vous, le biais décoratif, vous en mettez où ?
Perso, c’est surtout sur les costumes pour donner une petite touche de couleur supplémentaire.

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Read Full Post »

Pour finir un sac ou une peluche, il faut faire ça discrètement pour que les coutures de finition n’apparaissent pas. Et quoi de mieux pour ça qu’une couture invisible ?

Au premier abord, ça semble être encore une méthode barbare totalement prise de tête, mais non. C’est même relativement simple tant qu’on ne se pique pas les doigts. Oui, là, il faut le faire à la main, il n’y a pas moyen de passer outre.

Reprenons donc les étapes une par une.

Tout d’abord, il s’agit de fixer le fil, de couleur assortie au tissu, dans la marge de couture.
Ensuite, il faut le faire ressortir dans le pli du tissu (qui est aussi la ligne de couture) au niveau de la couture machine.
A partir de là, commence la couture invisible. D’un bord, on pique juste en face dans l’autre pour ressortir 0,5cm plus loin. Et on recommence. Et ce , sur toute la longueur nécessaire pour fermer l’ouverture.

Le fil forme une « échelle » entre les 2 bords. Arrivé au bout, on tire ce fil pour resserrer les points qui deviennent invisibles. Un petit nœud plus tard et l’on glisse le reste du fil dans le tissu afin de cacher l’extrémité.
Et voilà, c’est fini, disparu. Pas de couture apparente.

.

Et vous, les points invisibles, vous les utilisez pour quoi ?

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Read Full Post »

Après avoir maitrisé la machine et fait quelques points, le défi qui suit est la ligne courbe.

Pourtant ce n’est pas si compliqué. Donc je hurle « stop » à tous les débutants qui se disent incapable de passer cette étape. La courbe, c’est juste une illusion de difficulté. Elle se fait en prenant son temps, en s’appliquant mais elle se réussit. Promis !

.

.

Comme vous avez pu le voir, l’astuce ultime, c’est de s’arrêter et de lever le pied de biche. Oui, on le laisse pas nous casser les pieds et on lui montre qui est le boss.
Bref, si une courbe aussi sinueuse qu’une route de montagne vous nargue, il suffit de faire les gros yeux, de s’arrêter, de lever le pied, réorienter son tissu et d’attaquer un petit peu plus, avant de recommencer ce manège.
Pour les coins, c’est pareil. On va jusqu’au bout mais pas plus loin, on lève, on tourne et on repart. On est pas là pour faire un rallye. On va sur la route du bonheur [de la couture] en douceur.

.

L’étape de la découpe des surplus de couture, ce n’est pas plus compliqué.
Quand ça dépasse, angle ou courbe, c’est qu’il y en a trop donc on retire le surplus. On coupe la tête des angles et on fait une coupe à base de triangles aux courbes convexes. On dégarnie ces petits rebelles.

Quand ça rentre, c’est qu’ils sont trop serrés donc on aide les courbes et les angles à respirer. On vient chatouiller ces timides à coups de ciseaux là où ils se planquent.

Reste plus qu’à retourner et passer ça au fer. Ouais, faut les mater ces rigolos tout tordus, avec un bon coup de vapeur dans le nez !

.

Alors, c’est fini ces vilains cauchemars avec des courbes ?
Plus peur des coins qui se cachent sous le tissu ?
😉

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Read Full Post »

Older Posts »